Avec ma plus belle révérence.

17 février 2013

J'ai déménagé, en fait. :)

 

http://creuxdoreilles.canalblog.com/

Posté par swix à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2013

Mon cynisme est retourné dormir, mais j'admire l'ironie de la situation. Tu reviens sans prévenir avec des noms doux, tu espères qu'on ira prochainement boire un thé et je n'ai pas envie de te voir.

Posté par swix à 18:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2013

Le saut triomphant.

Commencer une année par un corps à corps et une pulvérisation d'un score à Tétris annonce une année triomphale.


Bonne année à vous tous! :)

Posté par swix à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2012

Quand tu commences à avoir peur, tu sais qu'il est trop tard pour reculer. Il faudra avancer, garder la tête haute et te barricader.

Posté par swix à 13:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2012

Les inconnus du bar d'en face.

J'ai la page blanche qui me malmène. Mes exigences m'entrainent.

Sur les réseaux sociaux, j'présente une face de moi qui sourit, qui fait des blagues. Et puis je dis aux inconnus : "La simplicité et le rire sont peut-être la clé du bonheur. Alors, sourions et faisons des blagues bien grasses. On mourra peut-être moins malheureux."Comment conjuger mon culte à la mélancolie et à la nostalgie avec mon amour pour les choses simples et le bonheur?

Posté par swix à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2012

L'habilité des innocents

Ma tête dans tes étoiles

Le cerveau détourné

Obscurcir ton ombre

Mon oreille trop près de tes mots

Ecarte tes doigts que le temps s'y attache

J'ai brûlé les miettes de toi

Danser des petits pas de trois

Sucette de nostalgie

Tes dents incrustées sur mes pores

Mes yeux arrachés de tes rêves

Ma peau contre ma peau

Le vieux hibou du moulin

Ta soeur s'est trompée

 

 

Posté par swix à 18:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 décembre 2012

C'est surprenant. J'ai l'impression de le dire à chaque fois, mais il est venu foutre le bordel dans mes habitudes. Chacun a foutu le bordel dans un coin de mon esprit. Lui, il vient shooter dans mon habitude de toujours conserver une porte de secours, de toujours continuer à dragouiller sur le côté, quitte à quand même rester seule très longtemps.

Quand John a appelé hier pour me proposer d'aller boire un verre. Une petite chose à l'intérieur de moi s'est réveillée, à relevé les sourcils en me disant "John? Fonce, tu sais que c'est le pied avec lui.". Une autre, nouvelle, s'est étirée et m'a dit "T'es sûre?". J'ai décliné.

Et puis, tout est si simple avec lui. Ca coule de source. C'est surprenant.

Avec toi, j'aurais tout fait pour te plaire, pour que tu te sentes bien. Quand il s'est bloqué le dos, je lui ai fait un massage, mais je n'étais pas à sa disposition. Tu es mon obsession, mais notre relation n'était probablement pas saine. Celle-ci l'est peut-être plus. C'est à voir.

Posté par swix à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2012

Question éthique

Lorsqu'un ex fait soudain irruption dans la vie de l'actuel en disant "Ben tiens, vous vous connaissez vous deux?", sachant qu'on a été très attaché à cet ex et que les relations avec lui restent très familères, doit-on signaler à l'actuel la nature exacte des relations enterrées? La technique de l'autruche n'est-elle pas nettement plus efficace? (Même si ce redoutable outil qu'est Facebook t'avais parmis d'anticiper le truc bien longtemps à l'avance. Tu l'avais vu, tu le savais, mais tu t'es dit qu'il ne ferait JAMAIS le lien. En beeeen, si.)

Posté par swix à 00:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 décembre 2012

Découvrir que la playlist que tu écoutes le plus c'est encore la nôtre, c'est douloureux. Comme si ce que je pense pouvait être vrai, comme si tu pouvais encore penser à moi. Quelles foutaises! Et lui, à qui je ne peux plus parler de tout ça.

Posté par swix à 18:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 décembre 2012

J.

watermark

D'un revers de dos, il vient te balayer.S'imposant à moi, alors que je n'y croyais pas. S'engouffrant dans mes pensées comme le grand vent soulève une tente militaire en s'inflitrant par les fentes du tissu. Je pense à lui, à ses mains, à son corps, à son accent qui me déroute. Il vient remettre en question mes certitudes à propos de toi. S'il ne les bouleverse pas complètement et que je continue de penser que tu aurais pu être la révélation, il me permet de ne plus m'y vautrer, de remiser ces croyances dans un coin tranquille dans mon esprit où je pourrai m'asseoir dessus en tailleur, attendant sagement que je puisse soit les éprouver, soit les regarder avec un oeil vieilli. Il m'amène surtout quelque chose de léger, quelque chose où s'attacher n'est ni un but en soi, ni important. Ou alors juste avec un morceau de tissu.

 

Posté par swix à 20:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]